Épuisons les faucheurs volontaires en plantant du maïs OGM dans nos jardins !

publié le 2 décembre 2011 dans contrepoints.org

 

Tandis que le Conseil d’État a annulé la suspension de culture du maïs OGM de Monsanto, le gouvernement, ainsi que l’ont exprimé Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Lemaire, cherche le moyen de passer outre cette décision et à reconduire le moratoire.

« Le conseil d’État vient de suspendre l’interdiction de planter du maïs MON 810en vigueur depuis le moratoire décidé par le gouvernement français, estimant, et pour cause, que celui-ci n’a pu « apporter aucune preuve d’un risque particulièrement élevé pour la santé ou l’environnement. » De ce fait, planter du maïs Bt n’est plus interdit par la loi, et les agriculteurs peuvent donc en toute légalité le replanter.

Cependant, ne soyons pas naïfs : le gouvernement, ainsi que l’ont exprimé Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Lemaire, cherche le moyen de passer outre la décision du conseil d’État, et à reconduire le moratoire pour montrer patte verte, quitte à continuer à nuire aux agriculteurs qui cherchent à protéger leurs récoltes tout en réduisant leurs intrants.

De son côté, le principal opposant à sa majesté Nicolas III, chassant sur les mêmes terres, se dit favorable à une nouvelle procédure, dans un style linguistique particulièrement caricatural de la langue de bois « citoyenne » :

Les consommateurs mais aussi une grande majorité des agriculteurs ne veulent pas d’OGM dans leurs assiettes et dans leurs champs.

C’est beau comme du José Bové ! Bien des agriculteurs qui aimeraient planter du maïs GM, et ont désormais le droit de le faire, auront d’autant plus peur de le faire qu’ils savent qu’ils devront subir les actions des faucheurs, tellement sûrs de leurs bon droit qu’après avoir détruit systématiquement toutes les cultures d’OGM légales puis illégales, ils s’inventent des OGM « cachés », histoire de justifier leur existence. Le retour à la légalité des plantations de maïs Bt va d’autant plus les exciter que le gouvernement multiplie les clins d’œil à leur égard, et promet de prolonger leurs actions d’intimidation sur le plan juridique.

C’est dans ce contexte qu’une campagne d’Imposteurs, suggérée par l’ami Yann Kindo, pourrait avoir son utilité. Si de nombreux « citoyens » non-agriculteurs affirment leur solidarité avec les agriculteurs qui voudraient tenter l’expérience du maïs Bt, en en plantant dans leurs jardins quelques pieds, les faucheurs ne sauraient du coup plus où donner de la tête ou de la faux. Les champs de 2 ou 3 « traîtres » cultivant des OGM à faucher çà et là, c’est ludique, ça vous fait passer pour un héros, mais faucher des milliers de jardins, c’est une autre paire de manches. Pas sûr que les petits bras anémiques des bobos anti-OGM ne supportent un tel effort. Donc : Épuisons les faucheurs volontaires en plantant du maïs GM dans nos jardins !

Cette campagne, je ne vais pas me contenter de la lancer, je vais effectivement planter du maïs GM dans mon jardin. Avec signalement à la commune, histoire de tester le degré de complicité des élus du coin avec les obscurantistes anti-OGM. Mais attention, si des individus tentent de pénétrer chez moi, je leur lâche mes deux chats, particulièrement féroces. Que tous ceux qui adhèrent à cette campagne le fassent savoir. Et sont bien sûr appelés à relayer cette campagne. »

 

Commentaire : Cet article illustre un pas de côté « intéressant » au problème des OGM : faucher les plants pour résister, tout simplement ! Avec les conséquences judiciaires qu’une telle action implique. L’autorisation de la mise en place de plants de certains OGM est certe une victoire pour les pro-OGM, mais constitue également la « permission » et la légitimation des actes des faucheurs qui ne cesseront pas de résister « encore et toujours contre l’envahisseur » bien au contraire. Cependant, la nouvelle politique semble vouloir s’opposer de plus belle à la résistance en « épuisant » les faucheurs avec.. le maïs génétiquement modifié. Qui finira par vaincre ? La réponse n’apparaîtra pas de sitôt car le combat semble perpétuel et ne semble pas trouver de solution. D’un bord comme l’autre, les militants se font entendre. On se souvient des initiatives d’un Eurodéputé, José Bové : la politique se mêle directement de l’affaire et se fait même provocante ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :