La fracturation hydraulique fait des secousses en Grande Bretagne

publié le 8 novembre 2011 dans Sciences et Avenir

« Deux séismes enregistrés dans le nord-ouest de la Grande-Bretagne sont la conséquence de l’exploitation du gaz de schiste par la fracturation hydraulique, selon un rapport.

Le site de forage de Cuadrilla Resources, près de Blackpool, a été investi par des manifestants, qui ont accroché des banderoles contre le ‘fracking’, le 2 novembre. (Peter Byrne/AP/SIPA)

Pour la première fois, des géologues estiment que l’exploitation de gaz de schiste par la fracturation hydraulique peut provoquer des séismes. En l’occurrence, les deux secousses se sont produites dans le nord-ouest de la Grande-Bretagne, dans le Lancashire, près de la ville de Blackpool, le 1er avril et le 27 mai dernier.

D’une magnitude respective de 2,3 et de 1,5 sur l’échelle de Richter, ces deux secousses ont été suivies de petites répliques (48 événements). Dans une région peu habituée à se préoccuper de son aléa sismique, la compagnie Cuadrilla Resources a été rapidement montrée du doigt : elle venait de réaliser le premier forage pour exploiter le gaz de schistepar la fracturation hydraulique en Grande-Bretagne.

Pour libérer le gaz de schiste coincé dans la roche mère, deux techniques sont en fait conjuguées : d’abord le forage profond, horizontalement puis verticalement dans la couche de schiste. Ensuite l’envoi d’eau sous pression avec du sable et divers additifs pour fracturer la roche (voir une infographie).

L’épicentre du séisme du 27 mai se trouve à 2 km de profondeur et à 500 mètres du site de forage dans les schistes de Bowland. La société Cuadrilla a commandé un rapport à des experts indépendants qui, dans le document remis le 2 novembre dernier, concluent que l’exploitation du gaz de schiste est la cause la plus probable des séismes. D’après leur analyse, c’est l’injection d’eau sous pression dans la roche après le forage qui serait en cause. Ce fluide aurait en quelque sorte lubrifié une faille existante, fragile, prête à rompre. Il s’agirait cependant d’une petite faille, d’environ 100 mètres sur 100 mètres, qui aurait bougé d’environ 1 cm.

Les experts estiment que ce cas de figure a peu de chances de se reproduire. Quoi qu’il en soit, c’est la première fois que la fracturation hydraulique est directement liée à un événement sismique dans le cadre de l’exploitation du gaz de schiste–ce qui est désormais interdit en France. Deux cas de secousses provoquées par cette même technique mais pour la géothermie ont déjà été établis. »

 

Commentaire : Depuis quelques années, il est devenu nécessaire pour les compagnies pétrolières et d’énergie de chercher à remplacer le pétrole et d’autres gaz. C’est en cherchant du gaz de schiste que celles-ci remédient à cette nécessité. Cette extraction nécessite des techniques particulières de fracturation de la roche qui s’avèrent en réalité dangereuses et semblent provoquer des séismes en Angleterre où il n’y a normalement pas, cf. le dernier séisme cité dans l’article dû aux activités de la compagnie Cuadrilla Resources. La mise en cause de cette compagnie a changé les rapports entre les individus qui pointent de telles manoeuvres du doigt et dont la méfiance augmente avec la concrétisation du danger, ce qui risque d’aboutir à une hostilité de plus en plus importante des populations envers ces pratiques de forage. De plus, le gouvernement pourrait revenir à son autorisation pour les compagnie d’oeuvrer, car il s’agit ici de la sécurité de toute un territoire et de sa population. Son pouvoir de décision et sa souveraineté sont ainsi stimulés.
Ainsi, le séisme a déclaré une certaine hostilité de la part des populations qui prennent conscience du danger et des effets néfastes de l’extraction de gaz de schiste, par le rôle de la compagnie Cuadrilla Resources citée dans cet article. Un évènement au départ naturel a révélé la culpabilité de l’action humaine, pousse le gouvernement et sa souveraineté à agir, et devient dès lors un évènement politique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :