Archive | septembre 2011

La cyberguerre a commencé

publié le 4 juin 2011 dans lenouvelobs.com

« La panique gagne. Aucune puissance au monde n’est à l’abri d’une attaque informatique qui paralyserait à la fois électricités, téléphone, eau, transports… Par Jean-Baptiste Naudet.

Cela ressemble à un film de science-fiction. Tout à coup, les places financières, les banques, les transports sont paralysés. L’électricité, le téléphone, l’eau sont coupés. La panique gagne. Mais ce scénario pourrait bientôt être réel. C’est celui de la cyberguerre, la guerre via internet.

Aucune puissance au monde n’est à l’abri d’une telle attaque qui ferait s’effondrer son économie. Pour éviter un tel scénario, Washington investit des milliards de dollars. Les Etats-Unis, comme la France, ont déclaré internet « structure vitale ».

Réseau zombie

La cyberguerre n’est pas que le produit de l’imagination d’un savant fou, elle a commencé, en mai 2007, en Russie. Un groupe de jeunes, soutenant Vladimir Poutine, les « Nachi » (« les Nôtres »), attaque la petite république ex-soviétique d’Estonie.

Ils lui reprochent d’avoir déboulonné une statue de l’Armée rouge. L’Estonie, qui, en quelques années, est devenu l’un des pays les plus connectés du monde, subit l’attaque de plein fouet.

Les sites officiels, bancaires, etc., sont paralysés. Les hackers se connectent en masse pour saturer le réseau estonien. Pour ce faire, ils piratent des ordinateurs, partout dans le monde, dans plus d’une centaine de pays, se constituent un « réseau zombie ». C’est la technique du « botnet ». Difficile, ainsi, d’incriminer les autorités russes, qui ont, de plus, sous-traité l’attaque aux Nachi…

Les événements d’Estonie surprennent le monde entier. L’Otan ouvre un centre de défense dans la République. Les cyber-attaques sont classées dans la même catégorie que le terrorisme ou le nucléaire. Mais la cyberguerre ne fait que commencer. »

Commentaire :  Etant un réseau mondial de plus en plus grand, Internet peut-être également de plus en plus dangereux. Sa plus grande menace ? La cyberguerre, qui pourrait plonger le monde dans le désordre le plus chaotique. Il s’agit donc pour les Etats de protéger leurs réseaux. Le problème est que cette stratégie entraîne une certaine méfiance mutuelle, voire même parfois des comportements défiants. Dans cette nouvelle forme de conflit, la cause, les armes, les menace et l’ennemi ne forment alors qu’un : la technologie. Crée par l’homme et lui donnant un pouvoir aussi puissant que destructeur. Une question se pose alors : Internet peut-il être à l’origine d’une guerre mondiale encore plus puissante que les précédentes ? C’est pourtant à travers Internet que se retrouvent les plus grands liens entre les pays du monde (économiques, sociaux, politiques). Les terroristes ou pirates peuvent alors s’en servir à des fins dévastatrices. Cependant, on peut également se dire que de tels scénarios de chaos pourraient être quelque peu exagérés. Devant une telle menace virtuelle, au lieu de se méfier et de densifier la sécurité de la toile, ne faudrait-il pas plutôt tout d’abord poser les limites de la technologie et du virtuel, afin d’en contrôler les conséquences ?

FICTION : (film) The Truman Show

« The Truman Show » est un film  de Peter Wair, sorti en 1998, dont l’acteur principal se nomme Truman et est incarné par Jim Carrey.

Ce film est une utopie à l’échelle d’un individu, où la science et les techniques se dévouent tout entières à la réalisation et à la conservation de ce monde utopique. La climatologie s’associe aux sciences de l’ingénieur et à la chimie pour créer artificiellement un climat totalement au service de l’utopie. Ici, l’utopie est un monde totalement clos qui enferme une sortie de « microcosme » constitué d’une société entièrement théatrale dans un univers absolument inventé, tournant autour d’un seul et même homme : Truman dont la vie entière est une fiction de téléréalité destinée au public du monde extérieur réel. Ce film montre les dérives des utopies, reposant sur les sciences qui deviennent un lieu d’esclavage, de conformisme, presque totalitaire, où la liberté individuelle n’a plus de place : sans le savoir, Truman vit dans un studio télé et est filmé 24h/24. Ce monde merveilleux où vit Truman sacrifie la liberté individuelle des individus au profit de la satisfaction d’un public « accro ».  Aussi, les utopies sont rejetées par leurs membres qui se laissent guider par leur désir de liberté et « d’aller voir ailleurs ». En étant dogmatiques et monolithiques, les utopies peuvent devenir totalitaires et aliénantes (la comédie permanente des acteurs du monde de Truman..).